En cette période de Coronavirus, l'AFSCA s’organise pour lutter contre la vente en ligne d'aliments et de compléments alimentaires qui sont vantés pour leurs vertus anti-Covid.

En cette période de Coronavirus, l'AFSCA s’organise pour lutter contre la vente en ligne d'aliments et de compléments alimentaires qui sont vantés pour leurs vertus anti-Covid.

La pandémie du COVID-19 a amené les consommateurs à acheter davantage en ligne. Les aliments et les compléments alimentaires ne font pas exception à cette tendance. Or, certaines entreprises ou personnes utilisent la peur du virus pour vendre des aliments qui protégeraient contre le coronavirus. Ces affirmations sont infondées et illégales. Depuis fin mars, les inspecteurs de l'AFSCA jouent un rôle important dans la lutte contre cette fraude. Ils ont, d’une part, intensifié la surveillance des sites Internet afin de mettre au jour ceux qui vendent des produits et compléments alimentaires portant de fausses allégations. D’autre part, le nombre de contrôles sur les colis postaux a été revu à la hausse.

 

Lorsqu’il s’agit de vente en ligne, la sécurité et l'authenticité des produits ne sont pas toujours garanties.

Depuis le premier confinement de mars dernier, les ventes en ligne ont connu un essor considérable, y compris pour les aliments et compléments alimentaires. Le risque de fraude alimentaire dans le secteur du commerce en ligne est réel : il est facile de se procurer de tels produits, qu’ils proviennent de l’Union européenne ou de pays tiers (hors UE), mais il n’est pas toujours aisé pour les consommateurs de savoir qui ou quelle entreprise se cache derrière un site Internet. Ce faisant, il n'y a aucune garantie que ces produits soient conformes à la législation européenne et donc sûrs pour le consommateur.

En Europe, différents organismes publics ont mis en évidence la présence, en ligne, d’aliments ayant prétendument un effet positif sur les système immunitaire et/ou offrant une protection contre le coronavirus.  Ces allégations sont non seulement illégales, mais elles induisent également le consommateur en erreur : jusqu'à présent, il n'existe aucune preuve scientifique que les aliments puissent prévenir ou guérir du coronavirus.

 

A la recherche d’allégations illégales sur les annonces en ligne

L’AFSCA contrôle depuis plusieurs années les colis postaux et les ventes en ligne. Depuis le mois de mars, l'AFSCA scrute le web à la recherche d’allégations trompeuses en lien avec le Coronavirus sur les produits alimentaires. Plusieurs sites web et boutiques en ligne proposant des compléments alimentaires et autres produits qui prétendent protéger contre le Covid-19 ont ainsi été découverts. 39 dossiers ont été ouverts : 21 dossiers concernent des opérateurs belges et 18 dossiers concernent des sites web étrangers.

 

Pour ces 39 dossiers, les sites web faisaient mention d’allégations de type "pour guérir du coronavirus" dans la description du produit. Il s’agit ici clairement d’une tromperie du consommateur. Les produits les plus courants sont les compléments alimentaires, vitamines et autres produits censés renforcer le système immunitaire. D'autres produits étaient également concernés : du miel, des herbes et mélanges d'herbes et même des repas bio. Les entreprises concernées ont dû adapter leur site web et retirer ces fausses allégations. De plus, elles se sont vues infligées un procès-verbal et ont fait l’objet d’un suivi par l’AFSCA.

Copie d’écran d’une page Internet contrôlée - Exemple de repas bio : le texte dans le cadre rouge "nous incorporons dans nos plats autant que possible de superaliments et d
Copie d’écran d’une page Internet contrôlée - Exemple de repas bio : le texte dans le cadre rouge "nous incorporons dans nos plats autant que possible de superaliments et d'ingrédients ayant un effet positif pour combattre le virus Covid-19 " établit un lien clair avec la pandémie actuelle.

 

Un plan d’action coordonné par la Commission européenne

La Commission européenne récolte et compile les résultats des contrôles effectués par les autorités compétentes des États membres participant à cette action. À ce jour, 510 cas nationaux et 79 cas internationaux ont été signalés concernant des offres et des publicités en ligne de produits alimentaires qui protégeraient contre la covid-19. Les mesures prises vont de la suppression des allégations à la mise hors ligne du produit proposé, en passant par l'imposition d'une amende administrative. De plus amples informations sont disponibles sur le site web de la Commission.

 

Augmentation des contrôles sur les colis postaux

Les colis postaux qui entrent dans notre pays n'échappent pas non plus à l'attention de l'AFSCA. Depuis 2015, l'AFSCA effectue des contrôles à l’importation sur les colis postaux, notamment sur les aliments et compléments alimentaires commandés à l’étranger (pays hors UE). Le nombre de colis postaux contrôlés en 2020 a considérablement augmenté, les ventes en ligne ayant été dopées par la pandémie du Coronavirus. Cette année, les collaborateurs de l'AFSCA ont porté une attention particulière à la présence de mentions qui vantent explicitement des vertus anti-covid. Sur les dizaines de colis ainsi contrôlés, quelques colis alimentaires mentionnant explicitement "COVID-19" et/ou "CORONA" sur l'étiquette et plusieurs autres colis alimentaires prétendant renforcer le système immunitaire ont été interceptés.

Photo d’un produit intercepté dans un colis postal. Mélange d
Photo d’un produit intercepté dans un colis postal. Mélange d'herbes pour faire du thé : le texte souligné recommended by the Beijing Administration of Traditional Chinese Medicine for the prevention of COVID-19’ établit un lien clair avec la pandémie actuelle.

 

L'AFSCA insiste régulièrement sur le fait que les consommateurs doivent être conscients que les achats en ligne peuvent être trompeurs mais aussi dangereux. La qualité, la sécurité et l'authenticité des denrées alimentaires achetées en ligne ne sont pas toujours garanties et peuvent présenter un risque pour la santé. L’AFSCA invite tous les consommateurs adeptes d’achats d’aliments en ligne à s’assurer que les entreprises auprès desquelles ils passent commande soient connues des Autorités. Pour les entreprises situées en Belgique, le consommateur peut s’en assurer via une recherche sur la plateforme Foodweb de l’AFSCA qui regroupe toutes les entreprises actives dans la chaîne alimentaire et enregistrées en Belgique.

Le Ministre David Clarinval soutient cette initiative de l’AFSCA, qui a pour but de protéger tout autant les consommateurs contre des publicités mensongères et des produits dangereux pour leur santé, que les opérateurs belges d’une concurrence déloyale et mensongère. « Il s’agit d’une excellente mesure destinée à lutter contre les fraudes trop souvent rencontrées dans le commerce en ligne. »

 

 

 

Stéphanie Maquoi Porte-parole, AFSCA

 

A propos de AFSCA

Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes. Cela passe aussi par la prévention et la sensibilisation.

AFSCA