Un camp de vacances en toute sécurité alimentaire : 10 conseils de l’AFSCA

Un camp de vacances en toute sécurité alimentaire : 10 conseils de l’AFSCA

Cette année, les camps d’été seront assurément différents. Une arrivée en mode kiss & drive, les grands classiques en termes de jeux et d’animations adaptés, les règles d’hygiène renforcées, … Si les animateurs doivent redoubler d’imagination pour veiller à faire appliquer ces mesures tout en garantissant l’ambiance sur place, l’AFSCA est, comme chaque année, à leurs côtés pour les aider à assurer la sécurité alimentaire des petits animés.

En 2019, sur les centaines de camps (mouvements de jeunesse, sportifs, …) organisés en Belgique, l’AFSCA a dû intervenir à huit reprises suite à des incidents liés à la sécurité alimentaire.  La moitié des incidents étaient dus à la présence de Norovirus (une des causes les plus fréquentes de gastro-entérite épidémique). Ces cas restent donc relativement exceptionnels, mais ils confirment néanmoins la règle : l’hygiène n’est pas à prendre à la légère ! Voici dès lors 10 conseils de l’AFSCA pour les jeunes et leurs encadrants :

  1. Lavez-vous les mains : à l’AFSCA, on diffusait déjà ce conseil de base, renforcé dans le cadre de la lutte contre le Covid : le lavage des mains est obligatoire avant et après chaque activité, chaque repas et chaque passage aux toilettes !
  2. Respectez la chaîne du froid : si le camp ne dispose pas d’un réfrigérateur, n’achetez pas de produits réfrigérés à entreposer. Utilisez une glacière pour le transport et retournez faire des courses régulièrement pour les produits frais. Ou si vous voyez un voisin sympa, demandez-lui peut-être si vous pouvez utiliser son frigo !
  3. Faites attention à la qualité de l’eau : assurez-vous que l’eau destinée à la consommation soit bien potable. Elle est parfois issue d’un réservoir de stockage – chez un voisin ou un agriculteur du coin. Dans ce cas, faites bouillir l’eau puis laissez-la refroidir avant utilisation, ce réflexe simple évite parfois pas mal de tracas. Et pour les baignades en rivière, évitez de boire la tasse !
  4. Un camps zéro déchets, oui mais : prévoyez des récipients en quantités suffisantes et adaptés pour contenir (uniquement) de la nourriture ! Nettoyez-les à l’eau potable et au détergeant après chaque usage. S’ils sont métalliques, vous pouvez les mettre à bouillir dans l’eau, cela garantira une parfaite désinfection !
  5. Respectez les régimes alimentaires : attention aux intolérances et allergies. Faites remplir des fiches médicales par les parents au préalable et tenez-en compte lors de la préparation des menus.
  6. Evitez les contaminations croisées : ne mélangez pas les produits, respectez les consignes de stockage, ne passez pas les couverts d’un plat à l’autre, ne laissez pas traîner les affaires…
  7. Ne consommez pas les restes : si manger les restes à la maison est une idée sympa pour éviter le gaspillage, ce conseil ne s’applique pas en camps ! Veillez à ne pas produire d’excédents alimentaires, et ne consommez plus les aliments périssables restés plus de deux heures à température ambiante. Et en parlant de déchets, pensez à entreposer vos conteneurs à distance des lieux de préparation et de cuisson de vos repas, en les maintenant fermés.
  8. Changez et nettoyez les essuies vaisselle et utilisez, cette année, des essuies mains en papier : généralement, les essuies sèchent la vaisselle. Mais en camps, ils tombent par terre après un coup de vent, passent sur les tables et entre toutes les mains, … Pas possible de les nettoyer ? Faites-les tremper -sans vous brûler -dans de l’eau portée à ébullition…  Pour les mains, privilégiez les essuies papier : on évitera ainsi de se passer les microbes !
  9. Un barbecue pour clôturer le camp ? Evitez de brûler la viande. Une flamme en contact avec la viande entraîne sur celle-ci la formation de substances toxiques (des « HAP »), dommageables pour la santé à long terme.
  10. Soyez vigilants aux symptômes : crampes abdominales, nausée, diarrhée, fièvre sont souvent des signes d’une infection ou d’une intoxication alimentaire, surtout si plusieurs enfants affichent les mêmes symptômes. Consultez un médecin et fournissez-lui la liste des aliments et ingrédients consommés.

Et parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, (in)formez-vous !

L’AFSCA est au service des organisateurs de mouvements de jeunesse, via d’une part l’organisation de formations à la demande, sur l’hygiène et la sécurité alimentaire et, d’autre part, pour répondre à toutes vos questions, directement par mail ou par téléphone. Infos et renseignements sur http://www.afsca.be/cva/formation/

La brochure « Pour un camp sans souci alimentaire ! », disponible sur le site de l’AFSCA, regorge d’autres conseils pour préparer les camps de vacances.

Pour un camp sans souci alimentaire ! 2017-06-01_Kamp_fr.pdf - 236 KB

 

Ce sujet s’inscrit dans une campagne de communication plus large visant à montrer que l’AFSCA s’occupe non seulement des contrôles mais joue également un rôle important dans le domaine de la prévention, de la formation et de la sensibilisation à la protection concernant la sécurité alimentaire. Vous trouverez plus d’informations sur cette campagne sur www.alaloupe.be.L’AFSCA insiste sur le fait que les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus restent primordiales, y compris durant les camps.

Jean-Sébastien Walhin Porte-parole, AFSCA

 

 

A propos de AFSCA

Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes. Cela passe aussi par la prévention et la sensibilisation.

AFSCA